Bonjour à tous. 
 
Voilà la fin des vacances, et avec la rentrée, le retour plus ou moins difficile à la réalité... L’Automne est sur le point de frapper à nos portes
et la nuit regagne doucement du terrain, avançant vers l'équinoxe et le Sabbat de Mabon.

 

La nature se prépare jour après jour au repos hivernal qui approche, c’est le moment d'achever ce que nous avons commencé. 

 

 C’est aussi le bon moment pour commencer une démarche personnelle de thérapie ou d’apprentissage et avancer ainsi dans la connaissance de soi.  

 

A mesure que les jours raccourcissent, la fatigue se fait sentir et nous fonctionnons un peu plus au ralenti. 

 

 Ce mois-ci j’aborderais donc la Cornaline pierre orange qui pourra être associée à votre autel pour le sabbat de Mabon.

 

Gilles nous donnera sa définition du bois sacré et expliquera à quoi correspond ce terme de « sacré »

 

Sébastien quant à lui nous parlera de l’Oliban cet encens incontournable adapté pour toute cérémonies ou prières peu importe vos croyances et pratiques.

 

 Enormément de nouveautés et de retour en stock sur la boutique ce mois-ci, mais je préfère vous laisser découvrir car ce n’est pas le but de cette lettre.

 

  Nous vous souhaitons une bonne lecture ainsi qu’un merveilleux sabbat de Mabon.  

 

 

La Cornaline (Par Gaëlle)

 Également appelée sardoine, la cornaline est une variété orangée de calcédoine translucide, appartenant à la famille des quartz.

 

L’origine de son nom vient de la couleur du fruit du cornouiller, couleur de la chair.

 

 La cornaline est rare, d'où son tarif quelques fois onéreux, la plupart de celles que l’on trouve sur le marché étant en réalité des agates teintées dans une solution de nitrate de fer.

 

Sa composition chimique est le dioxyde de silicium SIO2.

 

Sa couleur peut varier du jaune-orangé à l’orange, et du rouge foncé au rouge brunâtre. Cette coloration plus ou moins rouge est due à la présence d'oxydes de fer.

 

 Dans l’Egypte antique, la cornaline était, du fait de sa couleur, symbole de la vie. Les Égyptiens croyaient que la déesse Isis utilisait cette pierre pour protéger les morts dans leur voyage vers l’au-delà ; ainsi, ils en plaçaient dans des tombes pour qu’elle accompagne et protège les défunts.

 

C’est une Pierre très positive, elle sera d’une aide puissante pour ceux qui désirent développer en eux l’assurance, le courage, la passion et le pouvoir. Elle favorise la confiance et la maîtrise de soi.

 

Elle agit principalement sur les trois chakras inférieurs (racine, sexe, plexus solaire). Placée sur le chakra du sexe, elle absorbe les énergies négatives qui occasionnent les blocages, la stérilité, l’impuissance et la frigidité.

 

Elle apporte de la vitalité et de l’énergie au corps physique, et nous aide à purifier et à sanctifier le corps à titre de temple de l’esprit.

 

Elle possède des propriétés apaisantes pour les personnes colériques et émotives, car elle absorbe l’énergie au lieu de rayonner en l’amplifiant.

 

 Utilisée en méditation, elle peut aider à comprendre comment concrétiser un concept. Elle favorise la capacité à résoudre les problèmes rapidement et de manière pragmatique, aide à terminer ce que l’on a commencé et redonne le sens de la réalité lorsque l’on est dans la confusion.

 

 Le dicton "Aide-toi et le ciel t'aidera" décrit merveilleusement la cornaline, car elle nous encourage à mener nos propres expériences activement sans attendre que nos rêves se réalisent d'eux-mêmes.

 

Elle favorise l'ancrage et nous remet en contact avec la terre-mère, favorisant la concentration, absorbant les pensées dissipées et ramenant l’esprit au moment présent.   

 

         Elle aide à prendre conscience de la beauté de la vie en permettant l’ouverture du cœur et en chassant la peur et la tristesse pour ne laisser que joie et gaieté.

 

La cornaline a un grand pouvoir contre les hémorragies, les pertes de sang, les anémies, et soulage les menstruations douloureuses car elle améliore la qualité du sang. 

 

Elle aide à éliminer les toxines de notre corps, fait baisser la fièvre et ouvre l'appétit. Elle est également très efficace pour soulager la constipation, les colites et autres inflammations de l'intestin.

 
Enfin, un élixir de cornaline augmente la vitalité générale et exerce une action tonique sur tout l'organisme ; c'est un élixir de nettoyage par excellence car il stimule le corps physique afin de rejeter les impuretés.

 

 - Purification et rechargement :

 

  Sa purification s'effectue dans l'eau distillée salée, à l'eau pure ou au sel pur ; et son rechargement se fera avec beaucoup de soleil.

 

 

Le bois sacré (Par Gilles)

A l'approche de celui qui croît, pousse et s'élève, l'homme a pu ressentir dans son échine, qui s'apparente assez au tronc de l'arbre, comme l'ascension d'un frisson. Cette prise de contact entre l'homme et l'arbre dissimule bel et bien une forêt, de la même façon que dans chaque feuille se cache un arbre. Mais la forêt, c'est l'étendue de la multitude immense et du paysage cosmique sans fin, tandis que le bois joue le rôle d'intermédiaire entre d'une part la forêt, et d'autre part ce plus petit bois que l'on appelle bosquet qui, lui-même, n'est qu'une forme médiane entre le bois et l'arbre. Ainsi, de la forêt à l'arbre, l'on passe du macro au micro.

 

 L'arbre isolé, on peut aisément en faire le tour, en enserrant son tronc de nos bras ou s'y mettre à plusieurs si son diamètre est trop important. Mais lorsque ce sont les arbres qui s'y mettent à plusieurs, en l'image privilégiée du bosquet, l'on peut alors dire que de ces fûts réunis en un même lieu peut naître l'idée d'enceinte et de limite, ce qui est une chose beaucoup moins perceptible au sein de la vaste forêt. Cette limite, dessinée par les arbres du bosquet, définit ce que l'on appelle le lieu sacré qui « est un microcosme, parce qu'il répète le paysage cosmique ; parce qu'il est le reflet du Tout ».

 

Il est représentation fractale, à la manière des « branches » d'un flocon de neige qui sont, elles-mêmes, une représentation miniature de ce flocon. Si le divin n'a que faire des espaces infinis, il paraît plus aisé pour l'homme de porter une action sur une sphère plus réduite, mais néanmoins porteuse de la réalité cosmologique qui, d'un point de vue de la nature de l'espace et du temps qui y règnent, se trouve dans une dimension différente de ce à quoi l'on est confronté dans ces temps et espace profanes.

 

Le bosquet sacré représente donc le modèle à taille humaine le plus convenable pour que s'y déroulent les principales fonctions qui lui incombent. Mais d'où provient le fait que tel bois est dit sacré et pas tel autre ? Tout d'abord en repérant un arbre qui se distingue par des caractéristiques physiologiques, comme une taille inhabituelle, une allure étonnante ou quelque autre détail physique à même de frapper l'esprit de l'observateur.

 

Il peut tout aussi bien se faire connaître à l'homme par la voie des songes ou par celle, oraculaire, de la révélation, un mot qu'il importe de bien prendre en compte, puisque c'est cet arbre qui dévoile son caractère sacré à l'homme, lequel ne choisit en aucun cas le bois sacré, celui-ci s'exposant à lui, le plus souvent, par une fulgurante hiérophanie, c'est-à-dire une manifestation du sacré. On peut alors s'imaginer que sous l'écorce de l'arbre se dissimule une entité spirituelle : cet arbre n'est plus seulement un arbre, et ce n'est pas auprès de lui et pour lui que s'organise le culte.

 

 Celui-ci s'opère à travers lui parce qu'il incarne une puissance, un pouvoir, parce qu'il est dépositaire d'une énergie sacrée : « Un arbre s'impose à la conscience religieuse par sa propre substance et par sa forme, mais cette substance et cette forme doivent leur valeur au fait qu'elles se sont imposées à la conscience religieuse. Jamais un arbre n'a été adoré rien que pour lui-même, mais toujours pour ce qui, à travers lui, se ''révélait'', pour ce qu'il impliquait et signifiait ». Précisons qu'au sein du bois sacré, il n'est pas obligatoire que tous les arbres le soient, un seul d'entre eux peut suffire à cette tâche, et c'est, croit-on, tout autour de lui qu'on laisse croître les arbres supplémentaires qui viendront former la future enceinte du lieu.

 

En conclusion, nous pouvons en venir au plus près de ce que disait Sénèque au sujet de tels lieux : « Ces bois sacrés peuplés d'arbres antiques d'une hauteur inusitée, où les rameaux épais superposés à l'infini dérobent la vue du ciel, la puissance de la forêt et son mystère, le trouble que répand en nous cette ombre profonde qui se prolonge dans les lointains, tout cela ne donne-t-il pas le sentiment qu'un dieu réside en ce lieu ? » Qu'objecter au philosophe romain, hormis qu'il décrit davantage une forêt en lieu et place d'un bois ? Mais Sénèque a raison, dans chacun de ces arbres sacrés, un dieu y a fait sa demeure.

 

© Gilles Gras/Books of Dante

 

 

L’Oliban (Par Sébastien)

 Symboliquement riche d’enseignements, l’oliban nous incite au respect le plus profond pour notre Terre, généreuse, même dans les conditions les plus hostiles.

 

 Son histoire…

 

L’oliban était autrefois plus connu sous le nom de « encens » qui a été empreintée au bas latin « incensum » et qui désigne une matière brulée en sacrifice. Aujourd’hui le terme « Encens » est bien trop vague pour pouvoir l’appelé ainsi, car il désigne une substance odorante que l’on brûle dans un Temple ou une demeure.

 

De toutes les résines, l'encens est certainement celui qui a le passé le plus prestigieux. On le considérait dans l'antiquité comme plus précieux que l’or, et sa rareté (à l’époque) attiré tous les grands de ce monde (pharaons, rois, empereurs...).

 

 Le terme « Oliban » serait issu du bas latin « olibanum » et du Grec « Libanos ». Mais on retrouve également quelques similitudes avec la langue Arabe « Al-lubane » qui désigne directement la précieuse matière.

 

Les Arabes étaient les principaux marchands qui revendaient la précieuse résine en Orient et au Moyen-Orient mais surtout à travers l’ensemble du bassin méditerranéen dont les principaux axes se regroupaient sous le nom de « Route de l’Encens ».

 

Selon les Egyptiens, l'Oliban fût apporté sur terre par un Phénix sacré qui le tenait entre ses griffes. C'est pourquoi ils considéraient que l'Oliban était un don des dieux, et une offrande de grande valeur. L’oliban fût également un des composants lors des cérémonies d’embaumement, il était utilisé comme fixateur des bandelettes, mais aussi comme agent antiputride. 

 

 Il fût également utilisé sur des autels consacrés par les Romains pour honorer leurs Dieux. Mais aussi par de nombreux peuples originaires d'Orient qui l’utilisé dans leurs cérémonies religieuses de consécration et de dévotion, mais aussi lors de cérémonies collectives de mariage, naissance ou de décès.

 

L’oliban est également très présent chez les chrétiens qui perpétuent l’utilisation de l'encens dans la religion.

 

L’encens (oliban) fait partie des présents avec la myrrhe et l’or qui ont étaient apportés par les Rois Mages pour honorer la naissance du Christ.

 

Il est toujours d’usage dans les églises de réaliser une fumigation d’oliban lors de l’office.

 

Dans l’Islam, bien que moins sacré, l’encens reste une substance très appréciée. Car le prophète conseillait aux croyants l’utilisation de l’encens en fumigation pour purifier l’air.

 

Il est également de coutume de brûler de l’oliban lors des cérémonies festives et religieuses afin de marquer l’hospitalité et la bonne entente.

 

Enfin, il convient de rappeler que l’oliban fait partie intégrante des rites ésotériques. Il est principalement considéré comme purificateur et est ainsi utilisé pour nettoyer les lieux et les personnes des influences néfastes venues les perturbés. Sorciers et magiciens l’utilisent pour tout type d’action. Il fait également partie de nombreux mélange d’encens aux objectifs divers, car il est considéré comme étant de nature universelle comme la lumière du soleil est universelle à la Terre.

 

 Descriptions botaniques :

 

L'encens d’oliban est une résine extraite d’un arbre appelé « Boswellia », dont trois variétés sont utilisées, Boswellia sacra (au Liban), Boswellia thurifera (au Yémen) et Boswellia carteri (en Somalie), celui-ci étant plus connu sous l'appellation 'Larmes de Somalie'.

 

Le Boswellia est un arbre qui se développe dans des conditions particulièrement rudes, et qui s’épanouit sur un sol rocailleux, sablonneux et souvent sec.

 

La récolte est réalisée à la main en pratiquant une incision profonde dans le tronc de l'arbre. La sève s'écoule puis se solidifie à l'air, et produit les granulés aromatiques caractéristiques.

 

La résine peut être utilisée brute en fumigation sur un charbon ardent, de même qu’elle peut s’utiliser sous d’autres formes (macérât, teintures etc.). Une huile essentielle en est également extraite par distillation à la vapeur.

 

 

Propriétés émotionnelles :

 

L’oliban stimule les fonctions intellectuelles et réconforte les anxieux. Il sera relaxant en cas de stress et soutiendra les déprimés.

 

C’est un encens purificateur d'atmosphère qui détruit les énergies négatives et éloigne les esprits errants.

 

Il sert souvent à purifier les personnes, les lieux ou des objets contre les influences négatives. Mais il peut être aussi utilisé dans de nombreux rituels de magie cérémonielle ou de dévotions.

 

L’Oliban est un encens solaire qui sur le plan émotionnel, mobilise notre énergie et la transforme en énergie motrice ; elle nous permet d’agir et de se sentir exister.

 

Elle révèle la flamme intérieure et nous apporte la Force.

 

Elle permet d’apaiser de manière considérable les conflits intérieurs, d’équilibrer les pensées en relativisant les problèmes quotidiens qui bien souvent nous disperses.

 

Elle aide à initier un état méditatif, très utile lors des périodes de recentrage, de remise en question ou d’introspection.

 

 Enfin, l’oliban permet d’élever notre esprit pour mieux englober notre réalité propre et accepter notre condition sur Terre.

 

 

 J’espère de tout cœur que cette lettre vous aura plu et laissera un doux parfum de magie dans votre esprit.

 

N’hésitez pas à venir consulter la boutique pour plus d’informations, ou pour découvrir toutes les nouveautés que nous avons mises en place.

 

Nous vous souhaitons à tous une excellente rentrée, ainsi qu’un superbe mois de septembre, plein de joie, de bonheur et de rencontres magiques.

 

Gaëlle, Gilles & Sébastien