Bienvenue à tous,

 

Le printemps est enfin arrivé, et nous offre un doux spectacle à travers la nature qui s’éveille et nous livre de nouveaux secrets chaque jour.

 

C’est une excellente saison pour s’épanouir et grandir spirituellement.

 

J’espère que vous avez passé un merveilleux sabbat d’Ostara, et que ce que vous avez semé comme rêves et projets portera ces fruits et vous apportera Bonheur et réussite sur votre chemin de Vie.

 

Je tiens à vous remercier pour de soutien et de vos très nombreux messages ce mois-ci, qui nous réchauffent le cœur et nous encouragent à donner le meilleur de nous-mêmes chaque jour.

 

Tout comme la nature, il est temps pour l’être de s’éveiller à la vie à la suite de la saison sombre.

 

Ce mois-ci, je vous parlerais de l’élément Air ; symbole de sagesse, d’équilibre et de fertilité, il est le lien principal entre les mondes céleste et terrestre.

 

Gilles nous parlera des pouvoirs protecteurs de l’ail et de ses superstitions.

 

Sébastien quant à lui vous parlera de la Magie, quand l’âme agit.

 

Beaucoup de nouveautés et de retour en stock sur la boutique ce mois-ci, mais je préfère vous laisser aller découvrir car ce n’est pas le but de cette lettre.

 

Nous vous souhaitons bonne lecture ainsi qu’un merveilleux mois d’Avril.

 

Elément Air (Par Gaëlle)

 Avec l'arrivée de l'équinoxe de printemps, entre autres le sabbat d'Ostara, qui a pour correspondance l'élément AIR, j'ai souhaité vous faire un petit texte sur cet élément insaisissable mais ô combien nécessaire à la vie.

 

L'élément Air est autant le souffle que le vent porte, celui qui relie la Terre au ciel.

 

L'Air est l'élément de l'Est, connecté à l'âme et au souffle de vie qui nourrit spirituellement les corps.

 

L'élément Air porte la lumière spirituelle, la purification et l'énergie.

 

Symbole de la vie invisible qui, à travers le souffle est aussi le symbole du Verbe.

 

L’air est par excellence l’élément léger, libre et immatériel, il est comparé à la finesse, à la subtilité de « l’esprit », d’un état d’être spirituel.

 

L'air est le plus insaisissable des éléments ; celui-ci est vital et fatal à la fois, car si "Prendre son souffle" c'est vivre, s'incarner ; "Rendre son souffle" c'est mourir, rendre l'âme.

 

L'air est invisible et insaisissable et pourtant tellement nécessaire car sans lui, rien ne vivrait sur terre.

 

Malgré qu'il soit impalpable, il met à l'épreuve tous nos sens ; on l'aperçoit dans le mouvement des feuilles des arbres bougeant dans le vent, on le sent caresser la peau, on l’entend siffler dans nos oreilles et on le sent par un parfum arrivant à nos narines, rappelant subitement quelques souvenirs ou émotions du passé.

 

Cet élément excelle dans la communication, car les échanges se font dans l'air par les ondes, les fréquences, la pensée.

 

Platon, associait chacun des éléments à une onde de forme avec un solide régulier. Chaque solide représente une onde de forme qui a une fonction spécifique sur les éléments (terre, eau, air, feu et éther).

 

L'onde de forme reliée à cet élément est l'Octaèdre qui est composé de 8 faces, 12 côtés et 6 sommets, ses composants minuscules sont si doux qu'on peut à peine les sentir. Il amplifie les énergies sur les différents points cardinaux et tous ces points convergents vers le centre de l'octaèdre.

 

A placer sur le chakra du cœur pour une méditation profonde.
Il Aidera les personnes nerveuses à trouver la paix intérieure. Son action favorise l'ouverture du cœur, des sentiments et la reconnaissance de son Être Intérieur.

 

Les sylphes ou sylphides sont les esprits de la nature en lien avec l’élément air, ce sont des elfes des airs, d’une grande beauté tant par leur légèreté éthérée que par la grâce de leurs gestes. Leur apparence dégage une impression de joie et de lumière.

 

Vivant exclusivement dans l'air et se mouvant très rapidement, les Sylphes sont très difficiles à apercevoir. Ils habitent le ciel et les nuages, au milieu des tempêtes et des vents et se confondent avec le bleu du ciel.

 

Ils gèrent cet élément, en organisant de manière harmonieuse les mouvements d’air, le rapport à la transmission des vibrations sonores, mais aussi le transport   d’informations sur de grandes distances.

 

Leurs occupations favorites consistent à modeler les nuages afin de leur donner les formes pensées qu'ils détectent dans l'imagination des hommes. En Magie, l'élément air étant représenté par l'encens, les sylphes s'amusent à modeler la fumée de ce dernier, tout comme elles le font pour les nuages ce qui, entre autres, est une forme de divination.

 

Les Elfes ont aussi la capacité de changer d’apparence à volonté et même de devenir invisibles.

 

Ils sont dotés d’ailes d’une transparence de cristal et exhalent de doux parfums floraux ; parfums qui quelque fois, nous rappelle des souvenirs de notre passé.

 

Dans la tradition Nordique, les elfes seraient au même niveau que les Ases et les Vanes qui tantôt deviendraient leurs serviteurs.

 

Les elfes auraient donc selon moi, une réminiscence probable d'anciennes divinités liées à la nature et à la fertilité ; elles sont vives et peuvent être tempête comme brise, il nous appartient de les appréhender avec humilité et respect.

 

 

Les pouvoirs protecteurs de l'ail (Par Gilles)

L'histoire narre nombre d'anecdotes concernant l'ail. Certaines relèvent de la superstition, alors que d'autres pourraient trouver leur origine dans une ingénieuse forme d'intuition.

 

 En effet, il n'échappe à personne que l'ail, à l'instar du millepertuis, est un fuga daemonum, c'est à-dire qu'il met en fuite aussi bien les poux et les vers, que l'esprit maléfique des maladies infectieuses, démons invisibles venus tourmenter les hommes. De là, il n'est pas du tout étonnant que cette capacité de l'ail a abondé dans la bienfaisance ait été transposée dans une dimension beaucoup plus « magique ». Elle est si répandue – de l'Asie mineure à la Scandinavie, de la Grèce au nord de l'Allemagne – que nous allons nous permettre de nous arrêter sur ce point et de faire un petit tour d'horizon de cette intéressante question.

 

Commençons tout d'abord par dire que l'ail a été l'objet de maints rituels fort fantasques et d'autres bien réels destinés, par exemple, à contraindre les divinités à faire ceci ou cela.

 

Sur ce dernier registre, les papyrus magiques ne sont pas avares de listes d'ingrédients détaillés bien peu ragoûtants (sang coagulé d'une jeune fille morte, excréments, graisse, etc.) et où l'ail y apparaît sans doute comme le moins pire de tous. La principale fonction magique de l'ail, c'est surtout son pouvoir de protection divine, propriété émanant semblerait-il de son odeur similaire à celle de la foudre. Ainsi, l'odeur de l'ail éloignerait les serpents, comme on l'imaginait en Égypte antique, et comme c'était encore récemment le cas dans les Carpates où les bergers se frottaient les mains d'ail béni afin d'écarter les serpents des troupeaux et de les préserver ainsi de toute morsure.

 

Et qui dit Carpates, dit vampire ! Étonnant comme ce fluidifiant du sang est capable de mettre en déroute celui qu'il empêche justement de s'en délecter ! L'ail est, avec le crucifix et l'eau bénite, le principal instrument de l'attirail du parfait chasseur de vampire. Si l'ail demeure célèbre pour repousser ces infâmes créatures, son usage historique en Europe centrale pour cette raison ne relève pas de la seule fiction. La coutume veut donc que pour se protéger des vampires durant le sommeil, il faille lier un collier composé de têtes d'ail à celle de son lit. On défend les enfants du même danger en disposant de l'ail tout autour de leur berceau. En sa qualité de bhûtaghna, comme l'on dit en Inde, il étend sa protection à un plus large domaine : c'est, par exemple, un allié contre le mauvais œil, cela de l'Europe méditerranéenne au sous-continent indien.

 

En Italie, Sicile et Grèce ne confectionne-t-on pas des bouquets de têtes d'ail nouées entre elles par des brins de laine rouge, avant de les suspendre aux portes des habitations ? C'est censé assurer la sécurité de toute la maisonnée des maléfices, des sortilèges, des influences néfastes, des agressions dangereuses, des mauvaises rencontres, allant même jusqu'à préserver du diable la vertu des jeunes filles. Si l'ail écarte, il attire également à lui : n'hésitons pas à dire que c'est un porte-bonheur.

 

C'est bien visible à travers une pratique qui avait cours au XVIIIe siècle auprès des mineurs : ils portaient un petit sachet contenant deux gousses d'ail pilées avec un peu de camphre. Chez les Batak de Bornéo, l'on se servait d'ail pour retrouver les âmes égarées. En Italie (Bologne), l'ail passait pour symbole d'abondance.

 

 A la Saint-Jean, l'on en jetait des têtes dans le feu, mais surtout l'on en achetait en ce jour précis parce qu'il avait, pensait-on, le pouvoir de préserver son propriétaire de la pauvreté toute l'année durant. Si vous vous croyez sujet à des peurs profondes, sachez qu'il existe un élixir de fleurs d'ail, un choix raisonné en vertu des capacités protectrices de l'ail que nous avons évoquées plus haut. Il s'agit de ces peurs constantes qui fragilisent les personnes en proie à une insécurité permanente, paralysant leur volonté, les dévitalisant complètement. Ainsi, cet élixir permet de recouvrer son calme et de ne plus agir dans la précipitation.

 


Gilles

 

La magie " Quand L’Ame agit" (Par Sébastien)

 Bonjour à tous
J’ai tenu ce mois-ci à faire un petit rappel fondamental concernant la pratique des Arts Anciens, car il me semble que trop de débutants oublient de s’intéresser à l’essence même de la Magie.

Les supports en magie sont nombreux, et certes très pratiques, mais il ne faut pas perdre de vue ce qui donne Force et puissance à cette Magie, d’où elle provient et ce qui l’anime.

L’histoire de la magie est étroitement liée à celle de l’Homme depuis la nuit des temps ; qu’elle se manifeste à travers les religions ou les sciences, elle en est indissociable.
Magie, mot mystérieux qui ne laisse personne indifférent et permet de croire au merveilleux, à défaut de croire en autre chose. Mais qu’est-ce que la Magie ?

Un nombre incalculable d’ouvrages proposent définitions et explications sur ce mot qui, malheureusement et comme tant d’autres, a été malmené pour devenir un terme fourre-tout difficile à appréhender. Pourtant la Magie à proprement parler constituait jadis une véritable science, révélée et utilisée par les praticiens de toutes religions, de la préhistoire à l’Antiquité.

Elle est la connaissance des lois naturelles, des énergies qui nous entourent et qui, si elles sont invisibles à nos yeux, n’en demeurent pas moins perceptibles. Ces ondes subtiles, que chacun peut générer par sa simple pensée, nous entourent, en une multitude de couleurs correspondant aux vibrations suscitées par nos émotions et nos états d’esprit.

Tout acte de pensée, volontaire ou non, engendre, en se propageant dans l’éther, des conséquences plus ou moins grandes. Il convient ainsi de ne jamais oublier notre part de responsabilité dans nos actes.

L’homme finit toujours par devenir l’image même de la pensée qu’il nourrit, de son désir, de sa propre et ferme volonté. C’est là une Loi universelle.

La connaissance des choses qui nous entourent passe avant tout par une base fondamentale ; la connaissance de soi. « Connais-toi toi-même, et tu connaîtras l’univers et les dieux ».
Connaître ses limites, apprendre à cerner et accepter ses capacités et ses faiblesses ; c’est par ces chemins menant à l’introspection et à la compréhension profonde de soi que la volonté et la foi du praticien s’affermiront.

Et parce que la vérité des uns n’est pas forcément celle des autres, je vous invite à faire vos propres expériences, et à ne surtout pas vous laisser influencer par cette myriade d’imposteurs affublés de titres pompeux ou fantaisistes, dont on voit fleurir les propos un peu partout ; méfiez-vous des propos péremptoires assénés en vérités par ces maîtres spirituels auto-proclamés affirmant faire autorité dans un quelconque domaine ou se revendiquant de telle ou telle tradition plus ou moins douteuse…
Je n’ai pas la prétention de servir de guide spirituel et je ne détiens pas la connaissance suprême. Je ne suis que Sébastien, habitant de la Terre et praticien des Arts Anciens, au même titre que vous.

Apprendre, c’est faire et défaire. Et pour ma part, je ne peux que vous inviter à réveiller la véritable Magie qui est en vous, celle qui vibre au fond de l’être. A prendre le temps, sur votre chemin, d’observer, de comprendre ; apprendre avec humilité de ce que chaque jour peut offrir, et ne pas nourrir de certitude aveugle.
Toute religion a, dans ses rites, une part de magie. Et lorsque les règles des hommes et les dogmes s’effacent, il reste la Magie.

 

Aussi n’oublions jamais que lorsque nous évoquons « La Magie », nous devons bien entendre « l’Âme agit ».

 

 

 En espérant de tout cœur que cette lettre vous plaise, n’hésitez pas à venir consulter la boutique pour plus d’informations, ou découvrir les nouveautés que nous avons mises en place.
Nous vous souhaitons une excellente semaine ainsi qu’un agréable mois d’Avril.

 

 Gaëlle, Gilles & Sébastien

 

 

La Coupe des Fées décline toute responsabilité quant à l’utilisation des articles faite par les utilisateurs. Nos produits ne remplacent ni la médecine ni les médicaments. Les informations thérapeutiques leur étant associées sont données à titre purement indicatif des utilisations des pierres à travers les âges et les civilisations.