Bonjour à tous ! La nouvelle année est là, laissant derrière elle un doux parfum de fête.

Aussi je profite de ces quelques lignes pour vous souhaiter en notre nom à tous nos meilleurs Vœux pour l’année 2022 malgré un contexte pesant dans notre pays, et espère que nous pourrons vivre et travailler à nouveau normalement d'ici peu !

 

Que cette année vous soit Magique, remplie d’Amour, de Bonheur, de Rires et de sourires, de rêves à n’en plus finir.

Quelle voit vos souhaits les plus chers prendre racine et porté leurs fruits.

 

L'année 2021 aura été encore plus éprouvante que l'année 2020 sur un plan logistique, mais aussi personnel. Avec l'instauration d'un certain nombre de nouvelles mesures dans notre pays et dans le monde, souvent à la limite de l'incompréhension, c'est tout le commerce mondial qui en est impactée et nous avons mené un véritable combat pour vous proposer un catalogue aussi complet, en constante évolution, mois après mois.

 

 De nombreuses nouveautés seront disponible les jours à venir, et espérons réellement que cette année marque un tournant majeur dans cette gestion de la crise.

 Une nouvelle fois, tout ceci est grâce à tous nos clients sans qui notre évolution ne serait pas possible, et nous tenons infiniment à vous remercier pour votre fidélité.

 

Nous tenons également à vous remercier du fond du cœur pour tout le soutien et la confiance que vous nous avez apportés durant cette année passée ainsi que pour tous ces échanges, ces rencontres, ces messages constructifs qui nous aide à nous améliorer chaque jour, du fond du cœur Merci.

 

Je vous parlerai ce mois-ci de la pierre de lune, pierre de la fertilité, de la tendresse, de l’amour et de la douceur.

 Gilles nous fera un descriptif des pierres à venin, leurs significations et leurs applications.

 Sébastien quant à lui nous parlera de l’Oliban cet encens incontournable adapté pour toute cérémonies ou prières peu importe vos croyances et pratiques.

 

 Nous vous souhaitons bonne lecture de cette première Newsletter de l’année en espérant qu’elle laissera un parfum de Magie dans votre esprit.

 

 

La Pierre de lune (Par Gaëlle)

 La pierre de lune, comme son nom l'indique, porte essentiellement les pouvoirs de la lune. C'est une pierre essentiellement féminine.

 Elle a souvent été associé à la féminité en raison de sa capacité à améliorer le côté intuitif de l’esprit.

 Sur le plan physique, elle régule les cycles menstruels, les sécrétions hormonales et contribue à résoudre les problèmes de stérilité chez la femme et sera utile aussi pour réduire les désagréments de la ménopause.

 Sur le chakra du cœur elle favorisera les montées de lait pour les femmes.

 Sur le chakra de la gorge elle rééquilibrera l’énergie de la thyroïde.

 Et enfin sur le chakra du 3ème œil elle stimulera notre imagination et notre intuition.

 

 La pierre de lune permet les rêves prémonitoires, protège des accidents car elle amène protection aux voyageurs et porte chance.

 Pierre de la candeur et de l’enfance, de la tendresse, de l’amour, de la compréhension, de la douceur, elle apporte douceur et tolérance pour les personnes dures et sévères.

 Elle favoriserait l’érotisme et le bonheur conjugal et favoriserait le plein épanouissement de l’amour maternel.

 

 La pierre de lune aide ceux endurcis par les soucis et les chagrins, elle assiste aux prises de décision délicates et aide à couper court aux hésitations avec un point de vue juste.

 Favorable à la méditation, elle apporte sensibilité et tolérance et donne équilibre et harmonie.

 

Elle a la capacité de fortifier nos capacités de jugement et supprime nos angoisses.

Elle favorise l'ouverture d'esprit et estompe la peur de l'autre, et résout les blocages émotionnels.

 

 Cette pierre stimule chez l'homme les bons côtés de sa part féminine enfouie en lui en leur permettant d’exprimer leur côté féminin.

 Enfin chez les deux sexes la fréquence de la pierre de lune aiderait à dégager l’aura en activant les sixièmes et septièmes chakras.

 

 Purification et rechargement :

 La pierre de lune se purifie à l’eau pure et son rechargement peut s’effectuer au soleil favorisant son aube ou à la pleine lune.

 

Les pierres à venin (Par Gilles)

L'on peut tirer nombre d'informations intéressantes sur la façon dont les Anciens utilisaient les minéraux pour leurs vertus dans les lapidaires, c'est-à-dire ces anciens traités décrivant les qualités médico-magiques des pierres. (Ouvrir un guide moderne de lithothérapie ne fait pas moins d'effets.)

 

A la lecture de ces ouvrages archaïques, l'on peut par exemple apprendre que le corail préserve son porteur des périls de la navigation, que l'émeraude renforce la mémoire ou que l'améthyste dissipe les vapeurs de l'ivresse. Mais il est des savoirs qu'on ne découvre pas dans les manuels : c'est le cas de ceux qui ne s'aventurent pas dans certaines régions reculées où se développèrent des pratiques empiriques parallèles.

 

 A ce titre, voyons voir ce qui se faisait entre Yssingeaux en Haute-Loire et le Mont Mézenc en direction de l'Ardèche, c'est à-dire une zone au climat rude et dont l'ancienne identité paysanne contraignait les habitants à vivre en petits groupes isolés dont les contacts avec l'extérieur étaient beaucoup moins fréquents qu'aujourd'hui.

 C'est probablement l'atavisme qui favorisa l'émergence puis la continuité de coutumes locales bien déterminées : dans ces territoires âpres et farouches, point de lapis-lazuli ni de béryl, bien plutôt des « cailloux » beaucoup plus anodins. Dans le détail, l'on peut discerner des haches en pierre, polies par la main de l'homme en d'ancestrales époques préhistoriques, de grosses perles en verre d'origine parfois protohistorique, enfin des galets en variolite, une pierre verte formant des « pustules » à sa surface.

 

A ce trio de base, on adjoignait fréquemment d'autres pierres supplémentaires dont la forme, la couleur et l'allure surent frapper suffisamment l'imagination pour les faire préférer aux dépens d'autres : des fossiles (dent de loup, oursin, ammonite), de la pyrite, du silex ou encore du quartz. Elles étaient collectées avec soin au gré de découvertes inopinées lors de travaux agricoles par exemple. Les collections purent s'agrandir aussi au fur et à mesure des rencontres : la venue d'un colporteur, d'un berger ou bien d'un travailleur saisonnier lointain pouvait être une opportunité d'accroître une collection de pierres à venin, d'autant que, beaucoup provenant d'ailleurs, elles apportaient avec elles un peu des mystères de leur pays d'origine. Par exemple, tous les galets de variolite provenaient de la vallée de la Durance.

 

Transmises par héritage de père en fils, ces pierres avaient peu de chance de quitter le giron familial, car peu se vendaient. En revanche, beaucoup plus se prêtaient, voire se louaient. Certaines s'éloignaient rarement des maisonnées et on ne les exposait aux regards qu'avec la plus grande réticence, d'autant que la relation entre une collection de pierres et telle ou telle famille relevait quasiment du pansement de secret. En vue d'utiliser une pierre à venin, on la baignait tout d'abord plus ou moins longtemps dans une eau fraîchement puisée. Puis l'on employait localement cette eau (en procédant à une application et/ou un lavage soigneux), ou bien on la faisait boire. Parfois, l'on procédait par friction sèche : une pierre seule, mais bien plus souvent une synergie de pierres placées dans un sachet de toile, était frottée à plusieurs reprises sur le mal.

 

Lors de l'utilisation de telles pierres, on prenait soin de leur éviter le contact du sol (pour leur éviter les pertes de pouvoir) et surtout l'on agissait scrupuleusement, rigoureusement et rapidement, trois caractères propres à un protocole de soin faisant appel aux pierres à venin, dont on rencontrait plusieurs spécificités selon l'animal venimeux considéré (ou que l'on imaginait comme tel) : ainsi existait-il des pierres du serpent, des pierres du crapaud et des pierres de la salamandre. En cas de piqûres ou de morsures avérées, on utilisait la pierre correspondante. Parfois, une apparition cutanée inexplicable était mise sur le compte d'un contact même fugace avec un animal qu'on soupçonnait d'y avoir laissé sa trace. On faisait donc de même. Malgré leur nom, les pierres à venin ne réduisaient pas leurs actions au seul domaine d'antidotes antivenimeux.

 

En effet, il existait des pierres d’œil (taie, conjonctivite), des pierres du sang (hémorragies diverses, saignement de nez), des pierres de la femme (favoriser l'accouchement, douleurs des règles), des pierres de la « peste », des pierres du tonnerre protectrices contre la foudre, enfin une spécificité vétérinaire, la pigota, qu'on faisait intervenir en cas de morsure, d'intoxication ou d'épizootie dans les troupeaux. Plus préférablement, on la nouait au cou de la brebis ou de la chèvre dominante du troupeau. Bien souvent associées à des plantes médicinales et à des rituels de protection, les pierres à venin ont soigné aussi bien les hommes que les animaux durant des siècles.

 

Talismans ou panacées, leurs attributions dépassaient généralement le cadre de leur spécificité. Elles ne possédaient pas moins de pouvoir que celui qu'on confère aujourd'hui au bracelet d'hématite ou au collier de perles d’œil de tigre que l'on se procure dans les boutiques spécialisées.

 

© Gilles Gras

 

L’Oliban (Par Sébastien)

Symboliquement riche d’enseignements, l’oliban nous incite au respect le plus profond pour notre Terre, généreuse, même dans les conditions les plus hostiles.

Son histoire…

 

L’oliban était autrefois plus connu sous le nom de « encens » qui a été empreinté au bas latin « incensum » et qui désigne une matière brulée en sacrifice.

Aujourd’hui le terme « Encens » est bien trop vague pour pouvoir l’appelé ainsi, car il désigne une substance odorante que l’on brûle dans un Temple ou une demeure.

De toutes les résines, l'encens est certainement celui qui a le passé le plus prestigieux. On le considérait dans l'antiquité comme plus précieux que l’or, et sa rareté (à l’époque) attiré tous les grands de ce monde (pharaons, rois, empereurs...).

 

Le terme « Oliban » serait issu du bas latin « olibanum » et du Grec « Libanos ». Mais on retrouve également quelques similitudes avec la langue Arabe « Al-lubane » qui désigne directement la précieuse matière.

 Les Arabes étaient les principaux marchands qui revendaient la précieuse résine en Orient et au Moyen-Orient mais surtout à travers l’ensemble du bassin méditerranéen dont les principaux axes se regroupaient sous le nom de « Route de l’Encens ».

 

Selon les Egyptiens, l'Oliban fût apporté sur terre par un Phénix sacré qui le tenait entre ses griffes. C'est pourquoi ils considéraient que l'Oliban était un don des dieux, et une offrande de grande valeur. L’oliban fût également un des composants lors des cérémonies d’embaumement, il était utilisé comme fixateur des bandelettes, mais aussi comme agent antiputride. 

 

Il fût également utilisé sur des autels consacrés par les Romains pour honorer leurs Dieux. Mais aussi par de nombreux peuples originaires d'Orient qui l’utilisé dans leurs cérémonies religieuses de consécration et de dévotion, mais aussi lors de cérémonies collectives de mariage, naissance ou de décès.

 

L’oliban est également très présent chez les chrétiens qui perpétuent l’utilisation de l'encens dans la religion.

L’encens (oliban) fait partie des présents avec la myrrhe et l’or qui ont étaient apportés par les Rois Mages pour honorer la naissance du Christ.

Il est toujours d’usage dans les églises de réaliser une fumigation d’oliban lors de l’office.

 

Dans l’Islam, bien que moins sacré, l’encens reste une substance très appréciée. Car le prophète conseillait aux croyants l’utilisation de l’encens en fumigation pour purifier l’air.

Il est également de coutume de brûler de l’oliban lors des cérémonies festives et religieuses afin de marquer l’hospitalité et la bonne entente.

 

Enfin, il convient de rappeler que l’oliban fait partie intégrante des rites ésotériques. Il est principalement considéré comme purificateur et est ainsi utilisé pour nettoyer les lieux et les personnes des influences néfastes venues les perturbés. Sorciers et magiciens l’utilisent pour tout type d’action. Il fait également partie de nombreux mélange d’encens aux objectifs divers, car il est considéré comme étant de nature universelle comme la lumière du soleil est universelle à la Terre.

 

 Descriptions botaniques :

 L'encens d’oliban est une résine extraite d’un arbre appelé « Boswellia », dont trois variétés sont utilisées, Boswellia sacra (au Liban), Boswellia thurifera (au Yémen) et Boswellia carteri (en Somalie), celui-ci étant plus connu sous l'appellation 'Larmes de Somalie'.

 Le Boswellia est un arbre qui se développe dans des conditions particulièrement rudes, et qui s’épanouit sur un sol rocailleux, sablonneux et souvent sec.

 

La récolte est réalisée à la main en pratiquant une incision profonde dans le tronc de l'arbre. La sève s'écoule puis se solidifie à l'air, et produit les granulés aromatiques caractéristiques.

La résine peut être utilisée brute en fumigation sur un charbon ardent, de même qu’elle peut s’utiliser sous d’autres formes (macérât, teintures etc.). Une huile essentielle en est également extraite par distillation à la vapeur.

 

 Propriétés émotionnelles :

 L’oliban stimule les fonctions intellectuelles et réconforte les anxieux. Il sera relaxant en cas de stress et soutiendra les déprimés.

C’est un encens purificateur d'atmosphère qui détruit les énergies négatives et éloigne les esprits errants.

 Il sert souvent à purifier les personnes, les lieux ou des objets contre les influences négatives. Mais il peut être aussi utilisé dans de nombreux rituels de magie cérémonielle ou de dévotions.

 L’Oliban est un encens solaire qui sur le plan émotionnel, mobilise notre énergie et la transforme en énergie motrice ; elle nous permet d’agir et de se sentir exister.

 Elle révèle la flamme intérieure et nous apporte la Force.

 Elle permet d’apaiser de manière considérable les conflits intérieurs, d’équilibrer les pensées en relativisant les problèmes quotidiens qui bien souvent nous disperses.

 Elle aide à initier un état méditatif, très utile lors des périodes de recentrage, de remise en question ou d’introspection.

 Enfin, l’oliban permet d’élever notre esprit pour mieux englober notre réalité propre et accepter notre condition sur Terre.

 

 Espérant de tous cœur que cette lettre vous aura plu et laissera un doux parfum de Magie dans votre esprit.

 N’hésitez pas à nous faire connaitre votre ressentit, vos idées ou si vous souhaitez que nous traitions d’un sujet en particulier dans une prochaine lettre d’information.

  N’hésitez pas à venir consulter la boutique pour plus d’informations, ou découvrir toutes les nouveautés que nous avons mises en place.

 

Nous vous souhaitons à tous une merveilleuse année 2022, pleine de Joie, de Bonheur et de rencontres Magiques.

 

Gaëlle, Gilles & Sébastien

 

 

La Coupe des Fées décline toute responsabilité quant à l’utilisation des articles faite par les utilisateurs.

 Nos produits ne remplacent ni la médecine ni les médicaments. Les informations thérapeutiques leurs étant associées sont données à titre purement indicatif des utilisations des pierres à travers les âges et les civilisations.